• Chapitre 1∞

    Chapitre 1∞

     

    Maria marchait dans une ruelle en sortant de son cours de danse, il faisait très sombre ce jours-là. La nuit était tombé depuis un certain temps, le vent soufflait fort et criait. Cette semaine, Maria ce retrouvé seule chez elle, ses parents étaient partis en voyage pour le 10ème anniversaire de mariages, c’est pour cela qu’elle se dépêcha de rentré à la maison. Maria regardait le ciel noir mais brillant de milliers d’étoiles, elle fut étonné d'en voir autant, ne savant même plus où se situais la grand ourse et la petite ourse. La jeune fille aimait l’astrologie, elle y connaissait beaucoup à ce sujet et du coup sentais bien que quelque chose de bizarre ce passait. Arrivée chez elle, Maria s’enferma à clé, mis à chauffer le repas que sa mère lui avait laissé dans le frigo. Elle s’installa sur son fauteuil, dans sa chambre, elle posa son repas sur son bureau.

    Elle regardait les étoiles dans le ciel. Un jour elle serait la haut elle aussi, et tout le monde aussi... "Sa me fait mal de savoir que ces jours, ces heures, ces minutes, et ces secondes sont comptés" pensa-t-elle.

    A travers son télescope, elle voyait les étoiles de plus près, encore plus impressionnantes. Tout à coup elle vit une étoile qui filée, Maria fit un vœu, mais quelque chose la surprise. Une impression que l’étoile filante se rapprochait de la terre.

    Elle ne rêvait pas, l’étoile se rapprochait de plus en plus vite, Maria commença à paniquer. Mais elle fit rien à part la suivre des yeux dans son télescope. L’étoile ressemblait plus à un ballon ou une soucoupe blanche brillante. Soudain le terre trembla, secoué Maria tomba à terre. Trop curieuse, elle se releva, sortis de la maison et accouru vers la forêt, là où elle avait vu se diriger l’étoile. Le souffle court, elle se précipita dans la forêt, les arbres bougeaient comme si ils étaient en vie. Mais Maria ne faisait pas attention, elle courait, la forêt était grande en tout cas c’était son impression. Essoufflée, elle se reposa un certain temps, remarquant qu’une lignée d’arbre faisait bouchons devant elle. La forêt laissé sur sa droite un petit chemin boueux, Maria repris son souffle et accouru sur le chemin. Elle courait, courait, courait, mais sans son rendre compte, tout se passa si vite Maria bascula dans le vide, la tête la première dans la terre. Lorsqu’elle se releva, Maria remarqua qu’elle était tombée dans un grand trou dans la forêt. Au milieu du trou se trouvé une sorte de coquille blanche cassé. Supposant que c’est ce qu’elle avait vu dans le ciel il y a quelques minutes, elle se rapprocha de l’objet. La coquille était fondue, Maria enleva le morceau du dessus, surprise de découvrir un bébé. Un bébé bien moche, tout ridé, mais ça restais un bébé.

    C’était comme de la pitié, elle n’avait pas pu s’empêcher de le prendre dans ses bras et de le cajoler.

    Après qu’elle les tapotait dans le dos, le bébé pleura. Ceci la surprit un peu elle était déstabilisée. Elle le colla contre elle en lui tenant bien la tête et se précipita vers la maison.

    Arrivée chez elle, ses parents devaient rentrer aujourd’hui mais étaient-ils là ? Les parents devaient dormir, lorsqu’elle entra à l’intérieur, rien à signaler, apparemment ils n’avaient pas remarqué son absence. Le bébé s’était endormi dans ses bras, elle le posa sur son lit délicatement. Et le surveilla toute la nuit.

    Le lendemain, Maria se réveillait dans les bras du bambin, il dormait encore, elle entendit un porte claquait et la voix de sa mère qui l'appelait. Les rayons du soleil traversait les rideaux de sa chambre, éclairant le corps du petit enfant couché dans ses bras.  Elle posa le bébé dans son lit, et le cala entre son oreiller et son traversin. Sa mère commençait par s'inquiéter qu'elle ne réponde pas. Maria entendit des pas retentir dans l'escalier, et quelqu'un frappa à sa porte. La jeune fille se précipita sur son lit, pour cacher le bambin de tout regard et attendit que la personne entre.

    Sa mère entra, son regard soupçonneux observait le lieu, cherchant désespérément quelques choses d'étrange. Quelque chose qui expliquerais son absence au déjeuné de ce matin. Ne trouvant rien, elle le demanda alors à sa fille :

    - Maria, pourquoi n'est tu pas descendu ce matin ?

    - Je n'avais pas faim, répondit -elle.

    - Peut être mais habituellement, tu viens nous dire bonjour.

    - Maman, s'il te plait, laisse moi un peu de temps, je me suis réveillée il y pas si longtemps.

    - D'accord chérie, je te laisse tranquille, descend quand tu est prête, lui disait sa mère.

    Elle observa de nouveau la pièce, rechercher un objet, certainement un indice. La mère se dirigea vers la porte, fit le geste pour la fermée mais s'arrêta au moment même où la porte allée s'enclencher dans le mur, et rappela ceci :

    - Ma puce, tu sais que tu me parlais de ce que tu veux, je sais toujours là pour toi.

    Maria hocha la tête pour dire oui et regarda sa mère sortis de sa chambre avec insistance. Elle était impatiente de s'occuper de ce bébé mais elle ne savait pas comment faire. Pour le moment le bambin dormait. "Il interpellerait personne, pas de quoi s'inquiéter", se dit -elle. Ce bébé avait des yeux bleus océan, son duvet était noir, le tient blanc comme la neige.

    Maria approcha son visage de la bouille de l'enfant et le regarda pendant un certain temps tout en lui disant :

    - Tu est surement née il y pas longtemps, tu ne dois avoir perdu tes parents ou être abandonner par eux, je ne sais pas faire. Comment vais-je t'appeler ?

    Elle eu un sursaut, elle se souvenais tout à coup qu'elle ne savait pas ci c'était une fille ou un garçon. Elle releva la couverture qui recouvrait le bambin et jeta un coup d'oeil sur son sexe. C'était une fille, une toute petite fille qui doit avoir un mois à peine.

    Maria rapprocha ses lèvres de l'oreille de la petite et lui murmura :

    - Je sais pas encore comment je vais t'appeler, pour l'instant, je te nommerai "Petite".

    La petite enfant ouvrit les yeux et lui souriait comme si ce surnom lui plaisait.

    Maria entendit sa mère qui l'appela, elle lui répondit qu'elle arrivée, la petite s'était endormit. La jeune demoiselle en profita pour descendre au rez de chaussée et enfin dire bonjour à ses parents. Elle ferma sa porte avec délicatesse, mis la clef dans la serrure et la tourna doucement. Maria vérifia que sa porte était bien fermée, elle descendit les escaliers discrètement et silencieusement. Arrivée en bas, elle se dirigeais directement vers la cuisine, se préparant son petit déjeuner. Soyons clair aujourd'hui c'était différent que d'habitude, il était 11h22 du matin à ce moment précis ou elle mangeais, régulièrement Maria ne dormait pas beaucoup, elle se levait tôt et allait petit déjeuner vers 7h, mais aujourd'hui ce n'étais pas un jour comme les autres.

    Elle s'installa tout bout de la table, en face de sa mère. Ses parents l'observait, mangeant eux aussi. Le silence commençait à s'éternisait. Elle déjeuna et remonta dans sa chambre peu après. Sa mère, Emelyne, lui suggéra qu'elle devait révisé pour son épreuve de cette semaine. Quant à son père, il lui rappela, étant demain dimanche, sa sœur Eléna venait leur rendre visite. Maria avait trois grandes sœurs, Eléna avait 26 ans étant l'ainé de la famille, Maïté avait 22 ans, Mélina 19 ans. Maria avait 17 ans. Emelyne, sa mère était enceinte depuis 8 mois, elle allait bientôt accouché. Maria était impatiente d'avoir un ou une petite sœur, elle souhaité avoir une petite sœur.

    Trop occupé par ce petit bébé qu'elle avait trouvé, Maria avait complétement oublié que dans trois jours elle devait faire des épreuves d'examen de son Baccalauréat, elle espérait ensuite faire des études de psychologue.

    Dimanche soir, Maria était arrivé à cacher l'enfant avec soins sans problème, mais elle ne savait pas quoi faire étant donner que quelque heure après elle devait se retrouver au lycée. Maria réfléchissait et la seule idée qui lui venais en tête, était de demander de l'aide à sa meilleure amie, la seule en qui elle avait confiance. Au moment d'aller ce coucher, elle mis son portable à sonner à 4h  du matin pour être sur que les parents dormaient. Puis la jeune demoiselle envoya un message à Elizabeth, sa meilleure amie, pour lui expliquer que dès demain matin 4h elle avait besoins, en lui demandant bien sur si elle pouvait venir. Elizabeth accepta sans hésitation, un simple oui et bonne nuit fit attendrir Maria, elle s'endormit très vite..

    Lundi matin venu, le réveille sonna comme il était prévu. Maria s'habilla, mis ses affaires de cours dans sont sac tout en surveillant la petite fille qui dormait paisiblement dans le lit. Elle attendit sa meilleure amie avec impatiente, elle tournait en rond, jetant des coups d’œils sur le bambin et sur son téléphone. Des bruits comme des coups de feu lointain retentir, Maria sursauta, regarda vers la fenêtre, remarqua que des cailloux se cognait contre la vitre. Elle comprit que c'était surement Elizabeth qui jetait les cailloux. Elle regarda son portable et vis qu' Elizabeth lui avait envoyé un message pour lui ouvrir la fenêtre. Maria se précipita à la fenêtre, l'ouvrit et aperçu sa meilleure amie qui lui faisait de grand signe de la main. La jeune fille lui montra du doigt l'échelle qui se trouver contre le mur de la maison. Elizabeth récupéré l’échelle, monta doucement et avec précaution jusqu'à atteindre la fenêtre. Maria qui a le vertige ne baissa pas beaucoup la tête mais l'aida quand même à enjambé la fenêtre.

    Elizabeth se précipita vers le lit et observa l'enfant. Des minutes défilèrent, aucunes des deux jeunes filles parlèrent, aucunes n'avait bougé d'un centimêtre comme si la scène était en pause.

    ___________________________________________________ 

    Pour ceux qui suivaient cette histoire auparavant sur mon autre blog je l'ai supprimer et importer tout ici ainsi que les commentaires que vous m'y avaient laissés merci encore :

     

    Chapitre 1∞

    Chapitre 1∞

     

     

    « Blog en construction... !Chapitre 2 † »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :